Nouvelle étude toxicologique du propylène glycol – Avril 2013


Un examen toxicologique des propylènes de glycol

Avril 2013, Vol. 43, n ° 4, Pages 363-390 (doi: 10.3109/10408444.2013.792328)

Jeff R. Fowles1, Marcy I. Banton2 et Lynn H. Pottenger3
1tox-Logic Consulting, LLC, Petaluma, Californie, Etats-Unis,
2LyondellBasell Industries, Houston, TX, Etats-Unis, et
3Le Dow Chemical Company, Midland, MI, USA

Résumé

Les profils toxicologiques des monopropylène glycol (MPG),  dipropylène glycol (DPG), tripropylène glycol (TPG) et polypropylène glycol (PPG), y compris les oligomères tétra-riches) ont été collectivement examinés et évalués compte tenu des critères de toxicologie réglementaires. L’examen confirme des données riches pour ces composés, couvrant les principaux paramètres toxicologiques d’intérêt.

Le métabolisme de ces composés partage des voies communes, et un profil constant de toxicité est observé. Le métabolisme commun fournit une justification scientifique pour l’adoption d’une approche de lecture destinée à décrire le danger potentiel attendu provenant de lacunes dans les données pouvant exister au sujet des oligomères spécifiques.

Aucun des glycols examiné n’a présenté des preuves de toxicité cancérigène, mutagène ou reproductive / développementale potentielles pour l’homme.
Les pathologies signalées dans certaines études animales sont survenues à des doses qui dépassent les lignes directrices expérimentales ou par des mécanismes impliqués qui sont insignifiants pour la physiologie humaine et ne sont donc pas pertinents pour les expositions subies par les consommateurs ou les travailleurs.
À des doses chroniques très élevées, le MPG provoque une légère et transitoire diminution de l’hémoglobine chez les chiens et à des doses légèrement inférieures, il affecte le corps de Heinz (particules présentes dans les globules rouges) chez  les chats en l’absence de tout signe clinique d’anémie.
Certaines preuves de réactions cutanées rares, idiosyncrasiques, existent pour le MPG. Cependant, l’ensemble des données indique que ces composés ont un faible potentiel de sensibilisation dans les études animales, et sont donc peu susceptibles d’être des allergènes humains.

Les évaluations de  sécurité existantes pour ces composés, émanant des FDA, EPA, NTP et ATSDR sont cohérentes et permettent de conclure que les propylènes de glycol présentent un très faible risque pour la santé humaine.

http://informahealthcare.com/doi/abs/10.3109/10408444.2013.792328

Propylene-Glycol-what-is-it-pg-explained-by-theecig-net

2 commentaires pour Nouvelle étude toxicologique du propylène glycol – Avril 2013

  1. Nick dit :

    Ce n’est pas une étude à proprement parler (au sens d’étude expérimentale). C’est une analyse des publications scientifiques existantes. Donc rien de nouveau.

  2. Mickael dit :

    Ceci n’est pas une nouvelle étude expérimentale, mais une analyse des publications scientifiques existantes. Donc rien de nouveau. Et pas de quoi penser qu’on a une preuve supplémentaire de l’innocuïté du propylène glycol, parce que ce n’est pas le cas.

Les commentaires sont fermés.