L’ecigarette n’a pas d’impact sur le coeur

    Puisque les maladies cardiaques sont la principale cause de mortalité chez les fumeurs – 40% des décès chez les fumeurs provoqués par une maladie coronarienne seule – l’équipe de recherche a décidé de réaliser la première étude clinique sur les effets aigus des cigarettes électroniques sur la fonction cardiaque.
Ils ont décidé de comparer leurs résultats avec les effets aigus des cigarettes régulières sur la fonction cardiaque alors que les cigarettes électroniques sont commercialisées auprès des fumeurs comme une nouvelle alternative.

Des études antérieures du groupe de recherche et plusieurs autres ont montré que l’inhalation de fumée produit des défauts importants dans la fonction myocardique. Cela indique que le dysfonctionnement infra clinique est déjà présent sur des sujets apparemment en bonne santé, asymptomatiques, jeunes, qui fument des cigarettes de tabac. L’objectif était d’évaluer si ces signes de la maladie apparaissent de façon pré-clinique dans une population similaire après utilisation des cigarettes électroniques.

Les chercheurs ont mesuré la fonction myocardique de 20 jeunes fumeurs quotidiens sains âgés de 25 à 45 ans, avant et après avoir fumé une cigarette de tabac et 22 utilisateurs quotidiens de cigarettes électroniques du même âge, avant et après utilisation de l’appareil pendant 7 minutes.

Des utilisateurs expérimentés de cigarettes électroniques ont été sélectionnés car ils utilisent le dispositif de façon plus intensive que les nouveaux utilisateurs. Bien que les deux groupes étaient du même âge, les utilisateurs de cigarettes électroniques présentaient une exposition à la fumée durant leur vie 44% plus importante que le groupe des fumeurs.

Pour les cigarettes électroniques, un liquide disponible dans le commerce avec une concentration de nicotine de 11mg/ml a été utilisé (NOBACCO USA Mix). Cela a été testé par un laboratoire indépendant et le rapport de toxicologie n’indiquait ni nitrosamines ni hydrocarbures aromatiques polycycliques.

La fonction myocardique a été examinée à l’aide de l échographie cardiaque (échocardiographie) et des mesures hémodynamiques (pression artérielle et rythme cardiaque).

Les chercheurs ont découvert que fumer une cigarette de tabac conduit à une dysfonction aigüe du myocarde, mais les cigarettes électroniques n’ont eu aucun effet aigu néfaste sur la fonction cardiaque. Fumer une cigarette de tabac a eu d’importantes conséquences hémodynamiques, avec des augmentations significatives de la pression artérielle systolique et diastolique et de la fréquence cardiaque. En revanche, les cigarettes électroniques n’ont produit qu’une légère élévation de la pression artérielle diastolique.
Le Dr Farsalinos déclare : « Ceci est une indication que, bien que la nicotine soit présente dans le liquide utilisé (11mg/ml), elle est absorbée à un taux inférieur par rapport à la cigarette ordinaire. »

L’échocardiographie a mis l’accent sur la fonction du ventricule gauche, la partie du cœur qui reçoit le sang oxygéné des poumons (remplissage ou phase diastolique) et délivre alors le sang dans tout le corps (pompage ou phase systolique). Les chercheurs ont constaté de graves lacunes dans la phase diastolique de la fonction ventriculaire gauche après avoir fumé une cigarette, avec quatre paramètres échocardiographiques indiquant une aggravation de la fonction. En revanche, aucun des paramètres échocardiographiques n’a montré une aggravation significative chez les sujets après utilisation de la cigarette électronique. «La dysfonction diastolique est très importante car elle est habituellement le premier défaut détecté avant toute maladie cardiaque cliniquement évidente, » a déclaré le Dr Farsalinos.

Il ajoute : « Il est trop tôt pour dire si la cigarette électronique est une révolution dans la réduction des méfaits du tabac, mais le potentiel est là. C’est le seul produit disponible qui délivre à la fois le produit chimique (délivrance de la nicotine) et psychologique (inspiration et expiration. Acte de fumer, dépendance à la cigarette). Les analyses de laboratoire indiquent qu’elle est beaucoup moins toxique et notre étude n’a pas montré de graves lacunes dans la fonction cardiaque après utilisation. »

Le Dr Farsalinos continue : « … D’autres études cliniques doivent être effectuées avant de suggérer qu’il s’agit d’un produit révolutionnaire. Toutefois, compte tenu des dangers extrêmes liés à la cigarette, les données actuellement disponibles suggèrent que les cigarettes électroniques sont beaucoup moins nocives que le tabac et sa substitution par les cigarettes électroniques peut être bénéfique pour la santé.  »

Le Dr Farsalinos présentera également ses résultats lors d’une session ESC Congrès 2012.

Contributeurs :
Konstantinos Farsalinos, MD1, Dimitris Tsiapras, MD1, Stamatis Kyrzopoulos, MD1, et Vassilis Voudris, MD1
1 Chirurgie cardiaque Onassis Center, Athènes, Grèce

25 août 2012

http://www.noodls.com/viewNoodl/15626744/esc—european-society-of-cardiology/electronic-cigarettes-do-not-damage-the-heart