Essai de toxicité de la vapeur de cigarette électronique

Les taux de substances cancérigènes et toxiques sélectionnés dans la vapeur de cigarettes électroniques

Maciej Lukasz Goniewicz, Jakub Knysak, Michal Gawron, Leon Kosmider, Andrzej Sobczak, Jolanta Kurek, Adam Prokopowicz, Magdalena Jablonska-Czapla, Czeslawa Rosik-Dulewska, Christopher Havel, Peyton Jacob III, Neal Benowitz

Affiliations des auteurs +
1 Département de la santé, Division de la prévention du cancer et des sciences de la population, Roswell Park Cancer Institute, Buffalo, New York, USA
2 Tobacco Dépendance, Queen Mary University of London, Londres, Royaume-Uni
3 Département de Chimie Analytique, Faculté de Médecine de Silésie, Sosnowiec, Pologne
4 Département sur les dangers des produits chimiques, l’Institut de la santé et de l’environnement, Sosnowiec, Pologne
5 Polish Académie des sciences, Institut de Génie de l’environnement, Zabrze, Pologne
6 Division de pharmacologie clinique et thérapeutique expérimentale, départements de médecine et des sciences bio-ingénierie et thérapeutiques, Université de Californie, San Francisco, USA

Correspondance avec le Dr Maciej Goniewicz L, Département de la Santé, Division de la prévention du cancer et des sciences de la population, Roswell Park Cancer Institute

Reçu le 24 Octobre 2012
Accepté le 31 Janvier 2013
Publiée en ligne 6 Mars 2013

Résumé

Les cigarettes électroniques sont des appareils conçus pour imiter les cigarettes régulières et diffuser de la nicotine par inhalation sans combustion de tabac. Elles sont censées fournir de la nicotine sans autres substances toxiques et être une alternative plus sûre que les cigarettes régulières. Cependant, peu d’essais de toxicité ont été réalisés pour évaluer la nature chimique de la vapeur générée par les e-cigarettes. Le but de cette étude était de filtrer les vapeurs d’e-cigarette et déterminer le contenu de quatre groupes de composés potentiellement toxiques et cancérigènes : les carbonyles, les composés organiques volatiles, les nitrosamines et les métaux lourds.

Méthode : Les vapeurs ont été générées par le biais de 12 marques de cigarettes électroniques et un produit de référence, l’inhalateur de nicotine médicinale, dans des conditions contrôlées en utilisant une machine à fumer modifiée. Les composés toxiques sélectionnés ont été extraits à partir des vapeurs dans une phase solide ou liquide et analysés avec des méthodes chromatographiques et spectroscopie.

Résultat : Nous avons constaté que les vapeurs d’e-cigarette contiennent des substances toxiques. Les taux des substances toxiques sont 9-450 fois plus faibles que dans la fumée de cigarette et sont, dans de nombreux cas, comparables à l’état de traces présentes dans le produit de référence.

Conclusion : Nos résultats sont cohérents avec l’idée que la substitution de cigarettes de tabac par les cigarettes électroniques peut sensiblement réduire l’exposition à certaines substances toxiques spécifiques au tabac. L’e-cigarette comme stratégie de réduction des méfaits chez les fumeurs qui ne veulent pas cesser de fumer, justifie une étude plus approfondie.

http://tobaccocontrol.bmj.com/content/early/2013/03/05/tobaccocontrol-2012-050859.abstract

* L’analyse traduite du Dr Michael Siegel – Boston University

cropped-lens3874232_1242139165electriccigarettes-247x300.jpg